Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juin 2012 2 05 /06 /juin /2012 16:40

AVN1

 

     Après "les PCR en Isère" et "les PCR à Keur Bamboung", les voilà repartis pour de nouvelles aventures aux confins du Fouta, le pays des moutons et des Acacia senegal. Mais qu'allait donc faire faire nos vaillants PCR et leur fidèle équipe technique jusqu'à Matam, en pleine canicule du mois de juin ? Eh bien on leur avait parlé d'une mystérieuse "Maison des énergie alternatives", à Sinthiou Bamambé, entièrement construite en terre crue locale. Pas de bois, pas de fer, pas de ciment, que de l'argile... Etait-ce possible ? Il fallait le vérifier... car si c'était vrai, le Boundou en aurait surement besoin.

 

     C'est ainsi que dès 5h30 ce lundi matin, Boubacar et moi partîmes de Tamba en Mini-bus, en prenant en chemin toute notre équipe : Goudiry, Bani Peli, Kidira, Bakel... déjà 4h30 de route et encore 100km jusqu'à Sinthiou Bamambé, en direction de Matam. Une route difficile qui nous pris encore 2h30. Enfin arrivés à Sinthiou Bamambé, on nous dirigea vers la "Galle Thiangol" comme on l'appelle ici. Pour ma part, j'avais déjà vu quelques photos du bâtiment, mais je fus aussi surprise que tout le monde de découvrir cet ensemble impressionnant par sa taille et sa qualité de réalisation.

 

AVN2

AVN3

 

     La voûte nubienne n'est pourtant pas née d'hier. Les premières constructions utilisant cette technique datent de l'antiquité, dans l'ancienne Nubie. Le principe est simple : des briques en banco (argile) montées en larges murs porteurs (60 cm), sur lesquels repose un arc de briquettes en banco qui s'étend sur toute la longueur de la voûte. Ainsi, plusieurs voûtes peuvent être juxtaposées pour créer de vraies maisons avec plusieurs pièces. Les expériences actuelles ont même permis de créer des maisons à étage. La seule contrainte est la largeur de la pièce : des lois de la physique que je ne peux pas vous expliquer fixent la largeur maximale d'une voûte à 3,25m (plus généralement 3m). Sinon, la voûte s'effondre. Et puis il faut aussi s'assurer de choisir une très bonne argile, qui garantira la qualité des briques et de l'enduit.

 

     Bien que cette technique soit connue depuis longtemps, ce n'est que récemment qu'elle a été revalorisée en Afrique de l'Ouest par l'association "la Voûte Nubienne" (AVN), afin d'apporter une alternative de construction économique, écologique et confortable, accessible à tous :

 

>> Economique tout d'abord, car elle n'utilise que des matériaux locaux : cailloux pour les fondations et argile pour le reste. Les calculs actuels concluent que les bâtiments réalisés en voûte nubienne coûtent 3 fois moins cher que leur équivalent en béton. En moyenne, il faut compter 40 000 Fcfa / m2 au sol. Ainsi, une petite maison de 2 chambres, 1 salon, 1 salle de bain et 1 cuisine coûte environ 3 000 000 Fcfa (4 500 €), plus ou moins selon les finitions choisies.

 

>> Ecologique surtout, car il n'y a pas besoin de bois, ni de paille, des matériaux locaux qui deviennent rares dans certaines régions. Mais aussi parce qu'il n'y a pas besoin de ciment ni d'autres matériaux importés, dont la fabrication pollue l'environnement.

 

>> Confortable enfin, car l'argile garde la frâicheur, contrairement aux bâtiments en béton avec un toit en tôle. Et quand il fait 40°C plus de la moitié de l'année, c'est un argument non négligeable !

 

 

     Si les Voutes nubiennes sont aujourd'hui bien développées au Burkina Faso et au Mali, les expériences au Sénégal n'en sont qu'au début. Pour plus d'infos sur les voutes nubiennes et AVN, consulez leur site Internet : http://www.lavoutenubienne.org/

 

AVN4

AVN5

     Une fois extirpés du mini-bus, le représentant de DAO, Oury Diallo, nous installa rapidement sous le thialy (lui aussi en voûte nubienne), car les 47°C en plein soleil de midi n'étaient pas vraiment favorables à faire le tour du propriétaire. Oury était accompagné de Richard Somda, maçon nubien venu du Burkina et travaillant pour AVN. A eux deux, il nous firent un petit résumé de leur expérience au Sénégal.

 

     L'objectif du travail d'AVN est, au delà de construire des voutes, de former des maçons à cette technique et de sensibiliser les populations locales afin de créer de nouveaux marchés. Ainsi, le projet de Sinthiou Bamambé fut un chantier école pour des maçons locaux, formés par des maçons burkinabé expérimentés. A ce niveau, Richard nous expliqua les niveaux de qualification des maçons VN, allant de de 1 à 5 (un peu comme les étoiles au ski ou les galops en équitation...) :

 

Niveau 1 : le maçon sait faire de bonnes briques en banco et les passent

Niveau 2 : le maçon sait faire les arcs qui initient les voûtes

Niveau 3 : le maçon sait "tirer la voûte" d'un bout à l'autre

Niveau 4 : le maçon sait gérer un chantier complet

Niveau 5 : le maçon sait gérer plusieurs chantiers (comme Richard)

 

     Cependant, Oury et Richard avouèrent que la tâche avait été rude pour former des maçons sénégalais : la quasi totalité des maçons locaux qui avaient commencé la formation avaient malheureusement désisté petit à petit, et avaient dû être remplacés par des maçons de Thiès et Kolda. Pourquoi ? Car le travail est dur et très long. Et qu'un Sénégalais, voyez-vous, n'aime pas la difficulté. Un maçon "béton" gagne bien en peu de temps, les marchés sont nombreux... pourquoi perdrait-il son temps à apprendre une autre technique qui lui demande plus d'effort et lui prend plus de temps ? Ah, si les clients voûte nubienne apparaissaient, peut-être que... Mais comment avoir des clients s'il n'y a pas de maçons compétents ?

 

     Comme quoi, la vulgarisation de cette technique n'est pas si simple, et qu'elle doit toucher aussi bien les futurs clients que les entrepreneurs et les maçons. Au Sénégal, et c'est malheureux de le constater, les populations locales comptent exclusivement sur leurs migrants pour investir dans l'immobilier. Et ces derniers se doivent de construire en béton, signe de richesse de la famille. Peu importe que cette maison soit peu esthétique, qu'elle ne soit pas habitée la plupart du temps car bien trop chaude... c'est une maison en béton ou rien, et les migrants s'endêtent souvent pour satisfaire à cette "règle" qui leur est imposée.

 

     Je sais que des migrants me lisent en ce moment... s'il vous plait, réfléchissez à cette nouvelle opportunité que vous avez de construire autrement, regardez les photos de l'album ci-dessous et dites-moi si cela ne vaut pas le coup de tester ? Ah, peut-être que certains sont sceptiques, je comprends, un toit en terre ça peut s'effondrer... Eh bien sachez que les villageois viennent systématiquement regarder la maison des énergies lors des violents orages, en attendant que les voûtes s'écroulent, mais jusqu'à présent, rien n'est tombé ! Et Richard d'ajouter que les premiers bâtiments au Burkina qui datent de 1998 sont encore bien en vie.

 

AVN6

     Quoi qu'il en soit, toute notre équipe fut conquise par cette visite. Si nous avions eu 3 000 000 F sous la main, nous aurions signé avec Richard tout de suite ! Je connais même un certain Kanté qui ne rêve que de construire en voûte nubienne depuis lors... je dis juste ça au cas où un autre Kanté en France serait intéressé ;-)

 

     Confortablement installé sur la place avant du Mini-bus qui nous ramenait à Tamba, notre Président Kane, un verre de jus de bouye maison dans une main et un de mes muffins aux raisins dans l'autre, eut le mot de la fin : "Ah ça, c'était une bonne journée !"

 

... Voilà qui est bien résumé,

 

... et qui valait bien les 14h de route ! ;-)

 

 

Pour plus de photos : regardez l'album sur Picasa !

AVN4


 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation


L'  A V E N T U R I E R E

Claire, 30 ans, écologue 
passionée par l'Afrique... et surtout par le Sénégal ! Mon portrait

L E   P R O J E T

Afin de préserver un milieu dégradé et de promouvoir le développement local dans une région de l'Est du Sénégal, le projet de Koussan vise à reconvertir une ancienne zone de chasse en zone de préservation de la nature et de tourisme naturaliste... En savoir plus

claire@projet-koussan.com

Rechercher

Fonds d'appui : aidez-les !

Contribuez au fonds d'appui aux activités génératrices de revenus (microcrédit) en faisant un "don reçyclable" !

Toutes les informations ici !