Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 avril 2010 2 06 /04 /avril /2010 21:12

poules1

 

 

     La première chose que l'on doit faire quand on élève un animal sauvage... eh bien c'est déjà d'éviter de le faire. Car un animal sauvage n'est pas destiné à rester aux cotés des hommes et tot ou tard, il partira. Il partira sans se méfier des hommes et sans forcément avoir acquis tout ce dont il a besoin pour survivre seul dans son milieu naturel.

 

     Mais quand les hasards de la vie font qu'une jeune gazelle à front roux, espèce menacée, se retrouve happée par un troupeau de moutons et séparée de sa mère alors qu'elle n'a que quelques jours, il est difficile de dire non. Il faut alors prendre le plus de précautions possibles pour assurer sa survie tout en limitant les dégats. Car on n'élève pas une gazelle comme un poule, meme si les deux finissaient autrefois dans les assiettes des koussanais !

 

     Et dans ce cas, lorsque l'on élève malgré tout un animal sauvage, il y a tout une panoplie de précautions à prendre du style : le placer dans un endroit calme et isolé, éviter au maximum les contacts avec l'homme, ne pas lui parler ni lui donner de nom (premiers symptomes de sentimentalisme chez l'éleveur !) et ne pas le nourrir sans avoir eu les conseils d'un spécialiste.

 

     Mais comment faire lorsque ce bébé vous regarde avec ses grands yeux de biches (c'est le cas de le dire), qu'il court vers vous dès qu'il vous voit et suce vos doigts comme le faisaient jadis les petites chèvres de la Dédé lorsque je passais devant sa ferme ?

 

Eh bien oui, il y a toujours des Mais...

 

     Mais ce n'est pas une raison pour ne pas faire le maximum pour rester "professionnel". D'ailleurs selon la loi, seul les professionnels (zoos, réserves et centres de soins) sont justement autorisés à élever des animaux sauvages. Au Sénégal, les animaux sauvages en détresse doivent rejoindre le zoo de Hann à Dakar, où ils seront élevés avec les moyens du bord dans un contexte bien éloigné de leur miieu naturel... Pour notre petite gazelle, c'est avec l'autorisation des Eaux et Forets que nous avons pu la garder à Koussan, compte tenu des efforts de préservation que nous faisons dans la RNC du Boundou.

 

     C'est ainsi qu'après un petit séjour à Tamba, Bébé gazelle (puisqu'il ne faut pas lui donner de nom) est revenue à Koussan pour y etre élevée jusqu'à son sevrage. Placée tout d'abord dans un petit enclos de 4 m2, elle était soignée par Abdoulaye qui lui donnait le biberon 4 fois par jour avec du lait apporté par les éleveurs du village. Depuis peu, elle commença à s'agiter dans son eclos et il devint urgent de lui donner un peu plus d'espace, de peur qu'elle ne se blesse. Nous l'avons donc transférée chez un autre Abdoulaye, éleveur de petit ruminants vivant seul dans son carré bien protégé. Un vaste espace, de quoi se défouler en attendant l'enclos plus grand que lui construit Abdoulaye chez Abdoulaye (oui je sais, ça devient compliqué à suivre !). A 1 mois et demi, il lui reste environ 2 mois avant de pouvoir se passer de lait. La route est encore longue !

 

     Mais que deviendra-t-elle ensuite vous demandez-vous ? Ah là, il est trop tot pour vous répondre, car nous ne le savons pas nous meme. Tout dépendra de son comportement et du degré de "sécurité" régnant dans la zone... En attendant, les petits koussanais tentent d'observer la "Lella" au travers des poteaux, cette petite gazelle dont ils connaissent tous le nom et qu'il savent très bien reconnaitre, alors qu'il ne l'ont sans doute jamais vu.

 

     Car si à l'époque les gazelles et autres antilopes fréquentaient souvent les abords du village pour se protéger des lions, comme  aime à nous le raconter Dianga, la doyenne de Koussan, elles se tiennent aujourd'hui à l'écart de celui qui est devenu son principal prédateur : l'homme. Ce dernier fera-t-il un geste pour protéger cette espèce qui est en rapide déclin dans toute l'Afrique de l'Ouest ? Ce bébé, qui séduit petit à petit tout le village, pourrait-il en etre l'élément déclancheur ?

 

     Finalement, le sentimentalisme pourrait s'avérer utile... et si on lui donnait un nom ?

 

 

gazelle6

 

 

gazelle5

 

 

gazelle8

 

 

gazelle7

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

ezhani 08/11/2015 05:14

depuis mon enfance j'ai toujours aimer élèver une toute petite gazelle ,merci de me renseigner comment trouver une petite gazelle ,merci

Présentation


L'  A V E N T U R I E R E

Claire, 30 ans, écologue 
passionée par l'Afrique... et surtout par le Sénégal ! Mon portrait

L E   P R O J E T

Afin de préserver un milieu dégradé et de promouvoir le développement local dans une région de l'Est du Sénégal, le projet de Koussan vise à reconvertir une ancienne zone de chasse en zone de préservation de la nature et de tourisme naturaliste... En savoir plus

claire@projet-koussan.com

Rechercher

Fonds d'appui : aidez-les !

Contribuez au fonds d'appui aux activités génératrices de revenus (microcrédit) en faisant un "don reçyclable" !

Toutes les informations ici !